Le Coran, tu t'abreuveras !

captcha 

Nombre de visiteurs

0927031
Today
Yesterday
This Week
Last Week
This Month
Last Month
100
310
2202
780819
10163
12093

 
Partager
 

Le but suprême : enfants heureux vivants avec leurs parents dans des familles stables.

Donc des futurs adultes épanouis, utiles pour la société  !!!

 

Pour éviter ou limiter : enfant né sous X (crise d'identité et culpabilité des parents et surtout de la mère), avortements et ses dégats (rien qu'en France 200 000 dont 75 000 mineures en 2010), l'infidélité et ses conséquences (vivre dans le mensonge et l'hypocrisie, trahir la confiance, perte de confiance dans l'autre sexe, culpabilité immense, divorce, dislocation de la famille, enfants (contre le parent infidèle), absence de l'autorité du père surtout pour les adolescent(e)s (délinquance souvent comme conséquence), familles recomposées et leurs difficultés, mélange des lignés (le père n'est pas l'officiel (le légitime)), maladies sexuellement transmissibles (SIDA, HERPÈS...)...la liste est très très longue...

 

Mixité et alcool un mélange explosif !

 

Beaucoup de gens n'avaient pas l'intention de commettre l'adultère, mais ils se mettent dans des conditions qui les mènent pas à pas vers l'irréparable.

 "Ô vous qui avez cru ! Ne suivez pas les pas du diable. Quiconque suit les pas du diable, (sachez que) celui-ci ordonne la turpitude et le blâmable." Sourate 24, verset 21

 

A force de jouer avec le feu, on finit par se brûler.

 

Une chose importante : ça n'arrive pas qu'aux autres !!!

 

A méditer : les ordres divins (coraniques ou prophétiques) ne sont là que pour l'intérêt de l'être humain. Malheureusement, beaucoup de gens ne le savent pas !

 

 ======================================

 

Cheïkh Yoûsouf al-Qardâwî

 

La mixité entre les hommes et les femmes


Question

Chers savants honorables, je voudrais savoir ce que dit l’Islam en ce qui concerne la question de la mixité entre les hommes et les femmes, étant donné que beaucoup disent que cela est illicite tandis que d’autres se donnent toutes les libertés à cet égard.

 

 Réponse de Sheikh Yûsuf Al-Qaradâwî


En principe, la mixité entre les hommes et les femmes n’est pas totalement rejetée ; elle est même recommandée à condition qu’elle vise un objectif noble et que l’activité elle-même soit licite, telle que l’acquisition d’une connaissance bénéfique, les bonnes actions, les projets caritatifs, le jihâd obligatoire ainsi que beaucoup d’autres activités qui exigent les efforts et la coopération des deux sexes.Cependant, il ne faut en aucun cas y voir un appel à transgresser les limites et à oublier la nature des deux sexes. Dans toutes leurs affaires, aussi bien les hommes que les femmes doivent respecter les enseignements de l’Islam qui appellent à la coopération sur la base de la bonté et de la piété tout en respectant les règles de la moralité et de la courtoisie. Les conditions devant être respectées lors de l’interaction entre les hommes et les femmes sont les suivantes :

 

1- Les hommes comme les femmes doivent s’efforcer de rabattre leur regard. Il ne doit y avoir aucun regard lascif. Allah dit : « Dis aux croyants de baisser leurs regards et de garder leur chasteté. Cela est plus pur pour eux. Dieu est, certes, Parfaitement Connaisseur de ce qu’ils font. Et dis aux croyantes de baisser leurs regards, de garder leur chasteté, et de ne montrer de leurs atours que ce qui en paraît et qu’elles rabattent leur voile sur leurs poitrines ; et qu’elles ne montrent leurs atours qu’à leurs maris, ou à leurs pères, ou aux pères de leurs maris, ou à leurs fils, ou aux fils de leurs maris, ou à leurs frères, ou aux fils de leurs frères, ou aux fils de leurs soeurs, ou aux femmes musulmanes, ou aux esclaves qu’elles possèdent, ou aux domestiques mâles impuissants, ou aux garçons impubères qui ignorent tout des parties cachées des femmes. Et qu’elles ne frappent pas avec leurs pieds de façon que l’on sache ce qu’elles cachent de leurs parures. Et repentez-vous tous devant Dieu, ò croyants, afin que vous récoltiez le succès. » [1

 

2- Une femme musulmane devrait s’habiller en conformité avec le code vestimentaire islamique. L’habit de la femme musulmane doit, comme chacun le sait, couvrir tout le corps à l’exception du visage et des mains, sans être ni transparent, ni moulant d’une manière qui révélerait les formes du corps.  

 

3- Il faut adhérer aux principes généraux de la moralité. En d’autres termes, une femme devrait parler sérieusement et marcher décemment, tuant dans l’œuf toute tentative de Satan de répandre l’immoralité. En outre, elle ne doit pas se parfumer lorsqu’elle quitte son domicile, car le Prophète — paix et bénédictions sur lui — a dit : « Si une femme se parfume puis passe devant un groupe d’hommes et qu’ils sentent son parfum, elle se sera rendue coupable d’adultère. »

 

4- Il est interdit à un homme et une femme de s’isoler dans un endroit où aucun autre homme n’est présent, car le Prophète — paix et bénédictions sur lui — a dit : « (Dans ce cas,) leur troisième compagnon sera Satan (c’est-à-dire qu’il les menera au péché). » Ceci s’applique également aux membres de la famille du mari [2] comme nous en a informé le Prophète — paix et bénédictions sur lui —. Il a dit : « Gare à l’isolement avec les femmes ! » Ils (les Compagnons) ont demandé : « Qu’en est-il d’un membre de la famille du mari, Ô Messager d’Allâh ? » Il a répondu : « Un membre de la famille du mari c’est la mort (c’est-à-dire la cause de la mort). » Cela est dû au fait qu’un membre de la famille du mari peut rester un long moment et par conséquent le risque de pécher est plus grand.

 

5- Enfin, nous voudrions faire remarquer que tous ces contacts ne doivent pas avoir lieu de manière débridée. Ils doivent avoir lieu selon la nécessité et de manière raisonnable. Lorsqu’elle est en contact avec des hommes, une femme musulmane ne doit pas oublier sa nature ou son rôle en tant que femme et en tant qu’instructrice des générations musulmanes.

 

P.-S.

Source : www.islamophile.org
Traduit de l’anglais du site islamonline.net

Notes

[1] Sourate 24, An-Nûr, La lumière, versets 30 et 31.

[2] Les ascendants et les descendants du mari (son père, son grand-père, son fils, son petit-fils etc.) sont des mahârim et ne sont donc pas concernés par cette interdiction, en vertu des versets 30 et 31 de sourate An-NûrNdt.



 

Haut de la page

Partager
 

A LIRE EN LIGNE !